A LIRE !
Dossiers
Conseil des Ministres
L'Essor
AFP
Le Journal Afrique
***
Top 5 de la semaine : les articles les plus lus
Police : Encore des abus à l’ACI 2000 par la brigade des mœurs
Nord du Mali : Le gouverneur accueilli avec des obus à Kidal
En un mot : Algabass Ag Intalla sur la liste noire des Américains ?
Rentrée scolaire : Des enfants se battent pour leurs fournitures scolaires
Kidal : Le camp de la Minusma attaqué à l’arme lourde
 
Ciné
Night Club
Salles de concert

Retrouvez l'essentiel de l'actualité de l'Afrique de l'Ouest avec notre partenaire Jeune Afrique et Afrik.

 


 
 

Kidal : les camps de la Minusma attaqués

Plusieurs obus sont tombés tôt hier mercredi matin sur les camps de la Minusma et celui devant abriter les patrouilles mixtes à Kidal dans le nord du Mali...

Lire

22-09-2017

Nord du Mali : Le gouverneur accueilli avec des obus à Kidal

 

Force conjointe G5 Sahel : Ce qui divise

 
Le Républicain | Inter Bamako | Tjikan | Sport | 22 Septembre | Le Reporter | L'Indicateur du Renouveau | Le Carrefour | La Mutation | Le Débat |
 
Sur le fil de l'actualité...
Pour le financement du G5 : IBK invite à Bruxelles
Retour volontaire de Libye : 123 nouveaux migrants maliens rentrent au bercail
72e session de l’assemblée générale des Nations Unies : IBK distingué pour son engagement
Situation du pays
ANSONGO : un convoi de la garde nationale tombe dans une embuscade
KIDAL : les travaux d’électrification de la ville lancés
Élections : Les élections locales et régionales annoncées pour le 3 décembre
AFRIQUE DU SUD
Nkosazana Dlamini Zuma, l’énigmatique ex-épouse du président

Plus que par son parcours, elle est connue par son nom. Ministre puis patronne de l’Union africaine (UA), l’énigmatique et discrète Nkosazana Dlamini Zuma reste d’abord, aux yeux de tous, l’ex-femme du sulfureux président sud-africain Jacob Zuma. A 68 ans, Nkosazana Dlamini Zuma, qui a fait son retour jeudi sur les bancs du Parlement, ne fait pas partie des ténors du Congrès national africain (ANC). Mais le soutien du chef de l’Etat en fait l’une des favorites de la course à la présidence du parti. Et pour ensuite prendre celle du pays lors des élections de 2019. "Elle est courageuse", "on peut lui faire confiance", a lancé publiquement M. Zuma en mai. Ce soutien a vite été perçu comme une manoeuvre. En l’installant à sa succession, assurent ses ennemis, le président veut garantir son immunité dans les dossiers judiciaires où il est accusé. Il n’est pas "convaincu de ses qualités de dirigeante", selon Ranjeni Munusamy, commentateur politique, il souhaite avant tout "assurer sa propre survie". Une sorte de "remariage" d’intérêts donc, entre deux personnalités aux styles bien différents. En public, Nkosazana Dlamini Zuma est aussi grave et discrète que son ex-époux est jovial et démonstratif. Elle se présente comme une féministe, Jacob Zuma est polygame. Elle est perçue comme relativement honnête, quand l’actuel chef de l’Etat est empêtré dans une longue série de scandales. - Lobbyiste - Depuis qu’elle a quitté l’UA début 2017, elle mène une campagne de terrain assidue auprès des militants de l’ANC. Elle est "extrêmement populaire au sein du parti" malgré son "déficit de charisme", souligne à l’AFP Carien du Plessis, auteur d’une biographie à paraître d’ici la fin de l’année. "Elle est très forte pour rallier les gens et faire du lobbying".Idéologiquement, celle qui arbore des coiffes chatoyantes et des tenues aux imprimés africains défend des positions "anti-occidentales", selon Liesl Louw-Vaudran.AFP

KENYA
Le président Kenyatta accuse la Cour suprême d’un "coup d’Etat"

Le président kényan Uhuru Kenyatta a accusé jeudi la Cour suprême d’avoir perpétré un "coup d’Etat" en ayant invalidé sa réélection lors du scrutin du 8 août, dans une nouvelle diatribe contre la plus haute juridiction du pays. "Ici au Kenya nous avons écrit l’histoire, car un coup d’Etat a été mené par quatre personnes dans un tribunal", a déclaré le président en référence au jugement rendu le 1er septembre à la majorité - quatre juges contre deux - par la Cour suprême, saisie par l’opposition. M. Kenyatta s’est exprimé jeudi depuis le palais présidentiel alors qu’il rencontrait des dirigeants du nord du pays, au lendemain de la publication du jugement complet et détaillé de la Cour suprême, qui accable la Commission électorale (IEBC) pour sa gestion du scrutin du 8 août. Le président, dont l’intervention était retransmise en direct sur les chaînes de télévision kényanes, a estimé que le jugement de la Cour suprême a sapé la démocratie, et comparé la décision d’invalider l’élection aux coups d’Etat militaires menés dans d’autres pays du continent. "Le jugement de quelques personnes a réduit à néant les progrès réalisés au fil des ans." Le vice-président William Ruto, qui a pris la parole avant M. Kenyatta, a lui évoqué une "tyrannie de la justice". Alors que de nombreux doutes existent sur l’organisation de la nouvelle élection pour la date prévue du 17 octobre, les attaques du camp présidentiel contre la Cour suprême ne faiblissent pas. Après l’annonce de la décision d’invalider sa réélection avec 54,27% des voix, M. Kenyatta avait qualifié les juges d’"escrocs" et promis de "régler" les problèmes existant selon lui dans le système judiciaire. L’opposition ne faiblit pas non plus dans ses critiques acerbes de l’IEBC, et a prévenu qu’elle boycotterait le nouveau scrutin si ses exigences présentées à la Commission électorale - dont la démission de plusieurs de ses membres - ne sont pas remplies.AFP

TCHAD
Une épidémie de choléra fait plus de 50 morts

Plus de 50 personnes sont décédées du choléra au Tchad où les autorités parlent désormais d’épidémie, a-t-on appris jeudi de source gouvernementale. "On dénombre 312 cas dont 52 décès", a déclaré le secrétaire général du ministère de la Santé au Tchad, Hamid Djabar, joint par téléphone. Mi-août, les autorités sanitaire avaient découvert dans l’est la présence du virus du choléra à la suite de deux cas de décès par diarrhée aiguë accompagnée de vomissements. Le seuil épidémique a été déclenché lundi 18 septembre par les autorités, qui affirment dans un communiqué avoir mis en place une "cellule de crise" pour "suivre l’évolution de la situation" et avoir renforcé la coopération avec des partenaires comme l’ONG Médecins sans frontière (MSF) ou l’Unicef. "Pour le moment, l’épidémie est localisé dans la région de Sila", près des frontières soudanaise et centrafricaine, a précisé Hamid Djabar. Dans la région du Salamat, au sud de la région de Sila, 19 cas et deux décès ont été enregistrés, mais le ministère de la Santé affirme que la situation est "sous contrôle", selon le communiqué gouvernemental. Le virus du choléra, qui peut tuer en quelques heures en l’absence de traitement, touche régulièrement l’est ou encore le bassin du Lac Tchad, zones les moins développées du pays où la moitié de la population vit en-dessous du seuil de pauvreté. "En 2011, le Tchad a été affecté, avec d’autres pays d’Afrique Sub-saharienne, par une flambée de choléra de grande ampleur. Plus de 450 décès et un total de 17.200 cas de la maladie ont été rapportés", rappelle MSF sur son site internet."Selon les estimations, il y a chaque année 1,3 à 4 millions de cas de choléra, et 21.000 à 143.000 décès dus à la maladie dans le monde", soulignait en juillet l’Organisation mondiale de la santé (OMS).AFP

OUGANDA
Des étudiants manifestent contre la suppression de la limite d’âge du président

La police ougandaise a tiré des gaz lacrymogènes pour disperser des centaines d’étudiants qui manifestaient malgré l’interdiction jeudi à Kampala contre la possible suppression de la limite d’âge pour être élu président qui permettrait à Yoweri Museveni, actuel chef de l’Etat, de se représenter en 2021. Des centaines d’étudiants de l’université Makerere, la plus grande du pays, ont ignoré l’interdiction de manifester de la police mercredi et protesté aux cris de "K’ogikwatako !" ("Ne la touchez pas !", en luganda, une langue locale) en référence à la limite d’âge inscrite dans la Constitution. Des officiers armés ont envoyé des salves de gaz lacrymogène poussant les étudiants à se réfugier dans les halls de leurs résidences. Des étudiants été poursuivis et arrêtés par des officiers armés. Des opposants politiques ont aussi été arrêtés jeudi, notamment le chef de l’opposition Kizza Besigye, battu quatre fois à la présidentielle par M. Museveni. Un député du parti au pouvoir, Raphael Magyezi, devait remettre une motion au Parlement jeudi, première étape vers l’adoption d’un amendement constitutionnel supprimant la limite d’âge présidentiel. Toutefois, à la mi-journée, la motion n’avait pas été ajoutée à l’ordre du jour du Parlement. M. Museveni, au pouvoir depuis 1986, a affirmé qu’il avait 73 ans, ce qui lui interdit de se présenter en 2021 pour un sixième mandat consécutif. En effet, la Constitution actuelle impose aux candidats à la présidentielle d’être âgés entre 35 et 75 ans. En 2005, le Parlement avait adopté un amendement constitutionnel pour supprimer la limitation à deux mandats présidentiels, permettant ainsi à Yoweri Museveni de se présenter pour un troisième, quatrième et cinquième mandat. Des petites manifestations ont également eu lieu ailleurs dans le pays.AFP

 

Nuit du comédien : la première édition se tiendra du 26 au 27 septembre
La première édition de la nuit du comédien se tiendra du 26 au 27 septembre sous le parrainage de la Première dame, Keïta Aminata Maïga. L'information a été donnée par l'initiatrice de l'événement, la comédienne Maïmouna Hélène Diarra, au cours d'une conférence de presse qu'elle a animée le jeudi 14 septembre au palais de la culture. La nuit du comédien est un projet monté par la comédienne (...)
 

27ème session du Conseil d’administration du Laboratoire National de la Santé : 57% du budget mobilisé à mi-parcours malgré les contraintes
Le Laboratoire National de la Santé (LNS) a tenu le vendredi 15 septembre dernier, la 27ème session de son conseil d'administration. Malgré les difficultés auxquelles elle est confrontée, la structure a mobilisé à mi-parcours, 57% de son budget global qui est de 990. 167.000FCFA. Faire le point de l'état d'exécution de son programme d'activités établi à l'issue de la 26ème session ordinaire (...)
 

© 1999-2017 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés