A LIRE !
Dossiers
Conseil des Ministres
L'Essor
AFP
Le Journal Afrique
***
Top 5 de la semaine : les articles les plus lus
Mort de cinq Casques bleus togolais au Mali : le pied de nez d’Amadou Kouffa à l’ONU
Aïda Mady Diallo, écrivaine et réalisatrice : « La Malienne porte la famille sur le dos avec humilité »
CREATION DE LA MONNAIE UNIQUE : Boubou Cissé et Etienne Fakaba Sissoko divisés
Impérialisme et mondialisation : les BRICS déstabilisés par l’Occident pour contrer le nouvel ordre économique mondial
EN UN MOT : Le silence coupable du gouvernement
 
Ciné
Night Club
Salles de concert

Retrouvez l'essentiel de l'actualité de l'Afrique de l'Ouest avec notre partenaire Jeune Afrique et Afrik.

 


 
 

Les ingénieurs du mal ont encore fait parler d’eux

Alors que la communauté internationale rendait hommage aux casques bleus pour leurs efforts de maintien de la paix à travers la planète, les djihadistes ont choisi de faire couler le sang au Mali...

Lire

30-05-2016

Mort de cinq Casques bleus togolais au Mali : le pied de nez d’Amadou Kouffa à l’ONU

 

Attaque du 18 mai à Aguelhoc : grave accusation contre les militaires tchadiens

 
Les Echos | Le Républicain | Inter Bamako | Tjikan | Le Pretoire | Sport | 22 Septembre | La Sentinelle | Le Reporter | L'Indicateur du Renouveau | Le Carrefour | Agora | La Mutation | L'Expresse de Bamako | La Boussole | Le Débat |
 
Sur le fil de l'actualité...
Centenaire de la bataille de Verdun : l’Afrique payée en monnaie de singe
Impérialisme et mondialisation : les BRICS déstabilisés par l’Occident pour contrer le nouvel ordre économique mondial
Aïda Mady Diallo, écrivaine et réalisatrice : « La Malienne porte la famille sur le dos avec humilité »
Situation du pays
Autorités intérimaires : Une loi truffée de coquilles et d’erreurs
Réconciliation nationale : ATT attendu d’ici trois mois au Mali
Journée internationale des casques bleus :...
SENEGAL
Procès Habré : verdict à Dakar, 25 ans après la chute de l’ex-président tchadien

Le tribunal spécial africain qui juge Hissène Habré à Dakar pour crimes contre l’humanité a entamé lundi matin la lecture de son verdict, au terme d’un procès inédit censé servir d’exemple en Afrique, un quart de siècle après la chute de l’ex-président tchadien. Poursuivi pour "crimes de guerre, crimes contre l’humanité et crimes de torture", Hissène Habré a dirigé le Tchad pendant huit ans (1982-1990) avant d’être renversé par un de ses anciens collaborateurs, l’actuel président Idriss Déby Itno, et de se réfugier au Sénégal en décembre 1990. Arrêté le 30 juin 2013, il est jugé depuis le 20 juillet 2015 par les Chambres africaines extraordinaires (CAE), créées en vertu d’un accord entre le Sénégal et l’Union africaine (UA), qu’il récuse et devant lesquelles il refuse de s’exprimer ou de se défendre. Une commission d’enquête tchadienne estime le bilan de la répression sous Hissène Habré à quelque 40.000 morts. Le président du tribunal spécial, le magistrat burkinabè Gberdao Gustave Kam, a ouvert la séance peu avant 10H30 (locales et GMT), rappelant les éléments du dossier et le déroulé du procès, marqué par l’audition de "96 victimes, témoins et experts".S’il est reconnu coupable, une autre phase s’ouvrira durant laquelle seront examinées d’éventuelles demandes de réparation au civil. AFP

RDC
L’opposant Moïse Katumbi a quitté l’Afrique du Sud pour Londres (avocat)

L’opposant Moïse Katumbi, candidat déclaré à la présidentielle en République démocratique du Congo (RDC) et menacé d’un procès dans son pays, a quitté l’Afrique du Sud, où il était hospitalisé, pour Londres, a indiqué dimanche l’un de ses avocats. "Moïse Katumbi est parti de Johannesburg vendredi et a atterri à Londres hier samedi", a déclaré à l’AFP Me Georges Kapiamba du collectif des avocats de M. Katumbi. Selon une source proche de l’opposant, il pourrait se rendre dans les prochains jours à Paris, Bruxelles et en Allemagne. "Il est sorti de l’hôpital. Il va bien mais à cause des désordres au Congo, il préfère pour l’instant se reposer", a déclaré l’un de ses collaborateurs à Johannesburg. "Il va rentrer au Congo mais on ne sait pas encore quand. Il est candidat à la présidence", a-t-il encore dit, affirmant que les médecins lui avaient préconisé le repos.Les autorités congolaises avaient accepté qu’il quitte le pays pour se faire soigner, à condition notamment de "ne pas s’exprimer bruyamment sur le dossier entre les mains de la justice", selon le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende. Ex-allié de poids du président Kabila, Moïse Katumbi est passé dans l’opposition en septembre ,il accusait le chef de l’Etat de chercher à violer la Constitution pour se maintenir au pouvoir. AFP

BURKINA
Le parti présidentiel, grand vainqueur des municipales

Le parti du président burkinabè, Roch Marc Christian Kaboré a remporté les élections municipales organisées dimanche au Burkina Faso, selon des résultats provisoires globaux publiés mercredi soir. Les résultats définitifs seront prononcés par le Conseil d’Etat après la période de contentieux ouverte pour une semaine. Le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP, le parti présidentiel) a obtenu 11.167 conseillers élus sur 19.222 postes à pourvoir, arrivant loin devant l’Union pour le progrès et le changement (UPC) qui a remporté 3.051 sièges de conseillers, a proclamé la Commission électorale nationale indépendante (CENI). L’UPC conserve son rang de principal parti d’opposition, après la deuxième place occupée par son président Zéphirin Diabré lors de l’élection présidentielle de novembre. Le parti fondé en janvier 2014 par le président Kaboré a gagné la quasi-totalité des grandes villes du Burkina et dirigera ainsi les mairies de Ouagadougou, Bobo Dioulasso (deuxième ville du pays), Banfora et Koudougou (Ouest), Ouahigouya (Nord), Fada N’Gourma (est), Gaoua (sud-ouest). Au total, trois communes rurales représentant moins de 1% des communes et groupant quelques 20.000 électeurs n’ont pu voter à cause de violences politiques et du saccage du matériel électoral des commissions électorales locales. AFP

RDC
Pour ses partisans, le départ de l’opposant Katumbi a des airs de match interrompu

"C’est comme une interruption brutale d’un match de football plaisant avant le coup de sifflet final", regrette Sangwa Masikini. Pour ce chômeur de 30 ans, le départ précipité de l’opposant congolais Moïse Katumbi en Afrique du Sud a un goût amer."Nous sommes déçus", reconnaît-il en s’extrayant d’une conversation passionnée avec cinq autres jeunes de la Kenya, commune déshéritée de Lubumbashi, dans le sud-est de la République démocratique du Congo.Pour ces jeunes, celui qu’ils ont déjà investi "président", ne devait pas tomber malade et quitter l’arène pour d’autres cieux, en pleine "compétition", alors que chaque jour, ils continuent d’être "tracassés" par la police.Menacé d’un procès pour atteinte à la sûreté de l’Etat, l’ancien gouverneur du Katanga s’est envolé vendredi soir pour Johannesburg, officiellement pour s’y faire soigner, quelques heures seulement après que les autorités l’eurent autorisé à quitter le pays pour des soins en Afrique du Sud. A Lubumbashi, la marche prévue a été interdite par les autorités. Après le départ de M. Katumbi, qui avait été soutenu par plusieurs milliers de partisans lors de ses auditions par la justice au début du mois, la marche de Lubumbashi devrait avoir valeur de test sur la capacité de ses partisans et de l’opposition à se mobiliser en son absence. AFP

 

Papyvalerie, Styliste/Designer malien : un immense talent en quête de renommée mondiale
Avec sa collection très colorée, « Le Mélange des sentiments », Oumar Kanté dit Papyvalerie a fait son grand retour dans les défilés en mai dernier à l'occasion de plusieurs grands événements en Espagne, précisément à Valence. Et ses créations continuent de séduire, prouvant ses énormes progrès depuis qu'il a choisi d'aller se former en Suède pour raffermir son talent inné. Aujourd'hui, (...)
 

Sida : “90%” des enfants infectés dans le monde vivent en Afrique
L'Afrique abrite la quasi-totalité des enfants malades du sida dans le monde, a déploré mardi à Abidjan le directeur exécutif de l'Onusida, Michel Sidibé, plaidant pour un accès universel aux traitements antirétroviraux pour les enfants. "C'est une question de justice sociale (...), c'est une question d'inégalité profonde parce que 90% des enfants qui vivent avec le sida sont (...)
 

© 1999-2016 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés